Ma première fois en club

Mes motivations

KO SprayLes sports de contact m’ont toujours impressionnés. Déjà quand j’étais encore moins jeune, je m’entraînais à mettre des coups de pieds au mur. Mais ce n’est que maintenant que j’envisage d’entrer dans un club de sport de contact. Pour me défouler, bien sûr, mais aussi pour pouvoir assurer ma défense dans les rues. Après plusieurs mésaventures et une agression, et bien que, comme beaucoup de femmes, je ne sors jamais sans un petit taser ou une bombe au poivre, je préfère savoir que je serais assez forte pour me défendre en cas de problème.

Le choix du sport

Le kick-boxing me semble être le sport le plus approprié à mes attentes. La discipline utilise en même temps l’usage des coups de poing et des pieds. Voilà pourquoi, je n’ai pas opté pour la boxe ou encore pour le taekwondo. Motivé et prêt à donner des coups, enfin si ce n’est le contraire, je m’engageais à m’inscrire dans un club pas très loin de chez moi. Il paraît que le sport de combat procure aux pratiquants de la joie et de la détente tout en acquérant de l’adresse dans un bon environnement. Je suis donc très impatiente.

Comment devenir membre

documents-158461_640Les paperasses sont toujours présentes là où il est question d’inscription. On m’a donc demandé de réunir des justificatifs pour mon dossier. Il comprend une pièce d’identité, un certificat médical et les pièces nécessaires pour payer les frais des cours, enfin les entraînements. Les mineurs devront être accompagnés par leurs parents et doivent se munir d’une autorisation parentale pour ce genre de sport. Soyons clair, il s’agit là d’un vrai sport de combat où on peut vraiment se blesser. Voilà ce qui en est du dossier d’inscription. Un petit entretien avec le coach m’a rassuré l’esprit, puisqu’il a dit qu’il n’est pas du tout nécessaire de posséder les qualités de sportif, au départ. C’est même leur but : nous remettre en forme avec leurs exercices et entraînements. On m’a ensuite fourni l’emploi du temps.

Ma première séance

Comme j’ai choisi d’être classé parmi les débutants, ce qui est d’ailleurs le cas, on m’a indiqué d’apporter les vêtements et accessoires pour la pratique du kick-boxing. Dans mon sac de sport, j’ai mon short kick-boxing Adidas (sans trop faire de la pub), ma paire de gants, même si le club possède, mon protège-dent, ma bouteille d’eau, ma serviette et sans oublier mon tout nouveau tee-shirt moulant. Je voulais bien être équipé pour être plus motivé. Les membres étaient très accueillants. Pour ce qui est de la convivialité, le club marque un point. À ma grande surprise, les femmes étaient nombreuses, sans doute parce que ce sport offre de bons techniques d’auto-défense. La salle était vaste, puisqu’elle peut contenir deux grands tatamis et deux punching-balls.

L’entraînement

boxer-557143_1280Comme tout sport qui se respecte, la première séance de kick-boxing commence toujours par une série d’échauffements collectifs. L’entraîneur qui a supervisé la séance ce jour-là était un homme baraqué et bien en forme pour diriger l’équipe. Au passage, le coach possède un diplôme d’état. Des flexions, des étirements, franchement ça a fait fort sur mes muscles. Mais cela n’était que le début. Place à l’enseignement de la base du sport. La position des pieds et des mains est très importante pour assurer une bonne défense. J’ai appris quelques coups de pieds et coups de poing comme le side-kick, le semi-circular-kick et même de sweeping. Pour ce qui est du coup de poing, le direct était au rendez-vous, le crochet également, l’uppercut et le back-fist qui n’est pas vraiment usité selon le coach, mais c’est bon à savoir. J’ai aussi appris les règles de base du kick-boxing lorsque deux combattants s’affrontent sur le ring. Un peu fatigué, j’ai pu apprécier les dernières minutes de la séance avec un petit affrontement entre deux membres déjà experts.