JonesvsTrinidad

Boxe : française, anglaise, thaïlandaise… Quelle différence ?



La boxe est un sport qui traverse les temps. Au XXIe siècle, elle connaît une forte féminisation avec des championnes comme Anissa Meksen, Sarah Ourahmoune ou Amira Hamzaoui. Toutefois, il existe différentes boxes avec des gestes propres.

La boxe française, un sport 100% français

Savate_fouetté-1Datant du 19e siècle, la boxe française est aussi appelée la savate. Cette boxe est caractérisée par son caractère « amateur ». Afin de préserver la beauté de ce sport et de ne pas le vicier avec l’argent, la fédération de boxe française refuse la professionnalisation de ses pratiquants. D’abord pratiquée en combinaison puis avec un haut et un bas moulant, cette boxe est divisée en assaut (les coups sont simplement des touches) ou combat (avec possibilité de KO). La boxe française mobilise les jambes avec des chassés, fouettées et revers. Si elle partage avec la boxe anglaise les mouvements des bras : directs, crochets et uppercuts, elle implique un mouvement de sautillement des pieds.

Boxe anglaise et boxe thaïlandaise

Représentés au JO, la boxe anglaise est ancrée dans l’histoire. Ainsi le premier grand champion dans cette discipline fut le poids lourd James Figg. Moins aérienne que la boxe française, la boxe anglaise est fondée sur les impacts au niveau du corps. Elle est pratiquée en short. Pour gagner par KO, le combattant peut opter pour un coup de poing dans le foie ou dans la mâchoire. La boxe thaïlandaise est distincte des autres boxes car elle intègre des coups traditionnellement interdits comme les coups de coudes et de genoux.